Back in game !

We are back. On a cassé ce truc ! On a gagné et nous sommes de nouveau en haut du classement ! Et je me suis dit – « ça vaut un article ». J’arrête de regarder les lustres scandinaves et de penser combien de temps ils vont rester à la mode et, au lieu de ça, je vais écrire un peu sur ce match que l’on a bien joué et gagné.

J’aime bien jouer contre les favoris. Tout le monde est excité, en roulant vers le match on écoute la musique et on est impatient que le match commence. Pas besoin de chercher la motivation, elle est là. Par contre, si on joue contre les équipes de derrière, les matchs sont souvent bizarres. Le rythme ne nous parait pas bon, le ballon trop ou pas assez collé, les tribunes trop méchantes, où ça nous dérange parce qu’il n’y a personne… et tout d’un coup on reste la bouche ouverte en regardant le score en se rendant compte que l’on a perdu… Et on commence à chercher la faute, de qui ou quoi. Souvent c’est à cause de tout et tous. Pas besoin de chercher…

Ce samedi, Vallauris était le favori, pour nous. Et là, c’était plus facile à jouer qu’il y a deux semaines. Les supporteurs à leur place, les filles motivées, la cage fermée… On avait tout pour gagner. C’était un de ces matchs où l’on a le temps de savourer nos buts, de jouer ensemble. Il n’y a pas de mauvais gestes en défense et on profite pour jouer sans besoin de se protéger.

La victoire à la fin donne chaud au cœur.  Au vestiaire les blagues sont plus marrantes qu’avant, la douche froide et l’eau qui coule partout plutôt rigolote et ce n’est pas grave si nos sacs seront complétement mouillés. On a gagné. Et on garde le sourire quand on rentre à la maison. Le dimanche on peut avoir mal, mais on s’en fout. Parce-que ça nous fait penser à notre victoire d’hier.

On a cassé le truc, on a attrapé la vague de la victoire. Il nous reste le dernier match avant Noël. Et il sera difficile. Nous sommes les favoris. Papa Noël, je voudrais encore une victoire avant de partir chez moi…

P.S: Merci à Manon qui m’a motivée d’écrire cet article en m’apprenant une nouvelle expression à la française – « je ne peux pas, j’ai aqua-poney ». Parce que j’avais trop envie de publier cette photo magnifique !

 

 

One thought on “Back in game !”

Leave a Reply

Your email address will not be published.